Feelgood, le salon du bien-vivre est heureux de vous présenter le parrain de sa première édition : Dimitri Yachvili.

Découvrez dans cette interview, les raisons qui ont poussé ce sportif de haut niveau à représenter Feelgood.

– Comment définiriez-vous le bien-vivre ?

Le bien vivre est une multitude de fonctionnements au quotidien pour mettre toutes les chances de son côté pour être heureux. Autrement dit, être un bon vivant.

– Qu’est-ce qui vous a poussé a accepté de devenir le parrain de la première édition Feelgood ?

La démarche m’a plu. Rechercher le bien vivre des gens, et par conséquent le bien-être, me tient forcement à coeur. Ca transmet des choses positives dans la vie de tous les jours. C’est pour cette simple raison que j’ai accepté d’être parrain de l’événement.

– Quels sont quelques-uns de vos rituels « bien vivre » et « bien être » au quotidien ?

En tant qu’ancien sportif de haut niveau, j’ai toujours fait attention à mon alimentation, et à mon hygiène de vie. Je recherche les produits les plus frais et les plus sains possible. Tout mettre en oeuvre pour favoriser le quotidien et pour le bien être du corps. Vivant proche de la nature, de l’océan, de la montagne, je peux profiter de ces lieux pour m’y ressourcer.

– En tant que sportif de haut niveau, quels sont à vos yeux les secrets pour rester en forme que ce soit physiquement ou mentalement ?

Être sportif de haut niveau demande beaucoup de concession et de sacrifices. Et pour rester en forme, il faut forcément faire des efforts. L’alimentation ( quelle qu’elle soit ), l’hygiène de vie, la récupération, le sommeil, etc… Afin de pouvoir se régénérer plus facilement, et enchaîner les bonnes performances.

– Avez-vous des conseils à donner pour bien-vivre ensemble ? dans une équipe ? à la maison ? ou au travail ?

Les rapports humains sont très importants dans le bien vivre au quotidien, c’est une évidence. Mais la démarche de s’entourer d’ondes positives me semble aussi vitale pour être bien au quotidien que ce soit au travail ou à la maison.

– Bien-vivre c’est aussi bien manger, prendre soin de son corps, êtes-vous soucieux de ce qu’il se passe dans votre assiette ?

Oui je fais de mon mieux au quotidien pour manger le plu équilibré et le plus sain possible. Ce n’est pas évident dans notre société mais ça vaut le coup de faire des efforts. La nourriture est émotionnelle. Et j’ai pu avoir une bonne période d’apprentissage durant ma carrière de rugbyman pour mettre de la rigueur et de la discipline dans mon alimentation.

– Comment gérez-vous les grosses périodes de stress et quels sont vos conseils à ce propos ?

Durant ma carrière, j’ai pu subir de grosses périodes de stress, notamment avant de grands événements. Le stress se gère au quotidien de mon point de vue. Plus on fait des efforts au quotidien , plus on travaille dur (dans tous les domaines) pendant les semaines de préparation  et plus le corps est habitué à subir des charges émotionnelles. Et le stress diminue, la confiance prend le dessus. C’est un travail long et périlleux mais il laisse place à de beaux résultats.